Sondage Tamedia: la population n’a pas suivi les mots d’ordre des partis concernant la loi sur les jeux d’argent

Les adhérents de tous les grands partis se sont majoritairement prononcés en faveur de la nouvelle loi sur les jeux d’argent. Malgré la résistance des jeunesses des partis, les 18-34 ans ont eux aussi nettement approuvé le projet. D’après le sondage Tamedia, l’initiative Monnaie Pleine n’a trouvé de majorité qu’auprès des votants d’extrême-gauche.

Zurich, le 12 juin 2018 – Le groupe de médias suisse Tamedia a mené sur ses plateformes d’information toutes marques confondues un sondage relatif à la votation fédérale du 10 juin. 7’738 personnes de toute la Suisse ont participé en ligne au sondage entre le 8 et le 10 juin. La marge d’erreur est de 3,4 points.  

 

Les mots d’ordre des partis n’ont pas été suivis

Dimanche, l’électorat suisse s’est prononcé très nettement en faveur de la nouvelle loi sur les jeux d’argent : 72,9 pour cent ont approuvé le projet des autorités. Le sondage post-électoral de Tamedia montre ce qui a conduit à cette décision.  

 

Bien que de nombreux partis – parmi lesquels le PLR, les Vert’libéraux, les Verts et le PBD – aient appelé à voter «non», leur propre base ne les a pas suivis. Ainsi, 74 pour cent des votants du PLR ont approuvé la nouvelle loi, de même qu’au moins 70 pour cent des partisans des Verts, du PBD et des Vert’libéraux.  Parmi les grands partis, l’UDC affichait le plus faible pourcentage de «oui», qui s’élevait tout de même à 65 pour cent. 

 

Une large majorité même chez les 18-34 ans

Le sondage ne fait pas apparaître de différence flagrante entre les générations: bien que, de gauche à droite, les jeunesses des partis aient mis en garde contre les blocages réseau, 72 pour cent des 18-34 ans ont voté «oui». Parmi les plus de 65 ans, 80 pour cent ont approuvé le projet.  

 

Selon les votants du «oui», le principal argument en faveur du projet était que la loi garantirait que tous les prestataires de jeux d’argent paieraient une taxe d’utilité publique. Ceux qui ont voté «non» l’ont souvent fait car ils considéraient les blocages réseau des jeux d’argent en ligne basés à l’étranger comme une atteinte grave à la liberté de l’économie et de l’information, ou même un préjudice dangereux.  

Une majorité opposée au financement de référendums étrangers

Le sondage a également donné lieu à des débats sur le soutien financier apporté par des prestataires de jeux d’argent étrangers au référendum et à la campagne des partisans du «non». Selon le sondage post-électoral de Tamedia, une majorité des votants perçoit cela d’un œil critique. Ainsi, 64 pour cent des votants sont favorables à une interdiction du financement des référendums par de l'argent étranger.  

 

Seule une minorité partage l’inquiétude exprimée par les opposants à la loi sur les jeux d’argent, selon laquelle l’introduction des blocages réseau représenterait un préjudice dangereux. 41 pour cent s’attendent à ce que tôt ou tard, les portails de téléchargement et de streaming soient bloqués, car l’industrie du disque et du cinéma fait valoir des atteintes aux droits d’auteurs. 49 pour cent ne le pensent pas, tandis que le reste est sans opinion.

Aucune chance pour l’initiative Monnaie Pleine

Avec 75,7 pour cent de «non», l’initiative Monnaie Pleine a été rejetée massivement. D’après le sondage, la seule majorité qui se soit dégagée se situait chez les votants les plus à gauche sur l’échelle gauche-droite.  

 

Un sondage en ligne pondéré

Le sondage Tamedia a été réalisé en collaboration avec LeeWas GmbH, la société des politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen. Ces derniers ont pondéré les résultats du sondage en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques. Au total, six enquêtes sont prévues jusqu’aux élections fédérales du 20 octobre 2019. Plus d’informations ainsi que le rapport du premier sondage sont à retrouver sur www.tamedia.ch/fr/sondage.

Médias Tamedia participants

Suisse romande: 20 minutes, 24 heures, Tribune de Genève et Le Matin/Le Matin Dimanche

Suisse alémanique: 20 Minuten, BZ Berner Zeitung, Der Bund, Tages-Anzeiger, SonntagsZeitung et ZRZ Zürcher Regionalzeitungen

Tessin: 20 minuti  

Contact

Christoph Zimmer, responsable de la Communication Tamedia

+41 44 248 41 35, christoph.zimmer@tamedia.ch 

A propos de Tamedia

Tamedia est le plus grand groupe de médias privé de Suisse. Les plateformes digitales, les quotidiens, les hebdomadaires et les magazines de Tamedia offrent une vue d’ensemble rationnelle et sélective de l’actualité. Fondée en 1893, l’entreprise emploie environ 3’400 collaboratrices et collaborateurs en Suisse, en Allemagne, en Autriche, au Danemark, en France, en Israël, au Luxembourg et en Serbie. Tamedia est cotée à la Bourse suisse depuis 2000.

Plus d’informations sur Tamedia pour les représentants des médias:

www.tamedia.ch/fr/groupe/newsroom Dans la rubrique Newsroom, sous «Galerie», vous pouvez télécharger des images actuelles de l’entreprise libres de droits, comme celles des différents bâtiments avec le nouveau logo Tamedia lancé en janvier 2017.

www.tamedia.ch

Tout sélectionner: