Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect extérieur de nuit - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, cage d'escalier - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect intérieur, côté façade - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect extérieur, toit - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, cage d'escalier - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect intérieur, cinquième étage - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect extérieur, Werdstrasse - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect intérieur, rez-de-chaussée - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect intérieur, rez-de-chaussée, restaurant du personnel - © Didier Boy de La Tour
Zurich Werdstrasse Nouveau Bâtiment, aspect extérieur, Stauffacherquai - © Didier Boy de La Tour

Tour virtuel du nouveau bâtiment administrative de Tamedia

Tamedia offre la possibilité de découvrir et d’explorer par une visite virtuelle l’immeuble conçu par l’architecte japonais Shigeru Ban: Les personnes intéressées ont la possibilité de visiter à 360 degrés l’immeuble situé dans le quartier Stauffacher à Zurich. Elles peuvent explorer la newsroom du Tages-Anzeiger, la newsroom de 20 Minuten, le rez-de-chaussée et l’accueil, le restaurant du personnel, la salle des pas perdus et la galerie en mezzanine, et glisser ainsi un regard dans les coulisses d’un grand groupe de presse. Un grand nombre de textes informatifs et de photos avant / après (photos du chantier et photos actuelles de la même zone de l’immeuble) accompagnent la visite.

Newsroom de 20 Minuten visualisé par Archilogic (David Tran)

Le bâtiment administratif du groupe de presse Tamedia am Stauffacher à Zurich a été inauguré en 2013. L’architecte japonais Shigeru Ban a conçu un bâtiment exceptionnel en bois et en verre, qui offre aux quelque 480 collaborateurs de 20 Minuten, du Tages-Anzeiger et d’autres médias un lieu de travail de haute qualité, tout en apportant une contribution durable à l’architecture de la ville de Zurich.

En l’espace d’un siècle, le Werdareal est devenu un pôle majeur du paysage audiovisuel suisse. Depuis les débuts en 1902, marqués par l’installation de la rédaction et de l’impression du Tages-Anzeiger sur le site au bord de la Sihl, le groupe a vu émerger beaucoup de nouveaux titres et médias. Avant l’installation dans le nouveau bâtiment en 2013, le site comptait environ 1’200 collaborateurs. Les nombreuses acquisitions et fusions réalisées au fil des années ont permis d’intégrer de nouveaux sites à Zurich et dans ses environs. Ces immeubles étaient répartis sur plusieurs quartiers et n’offraient pas de lieux de travail équivalents. Tamedia a donc décidé de concentrer la majorité des médias zurichois sur le Werdareal, ce qui constitue un engagement clair en faveur du site de Zurich et un signe d’attachement plus que centenaire de l’entreprise au quartier Aussersihl. Depuis l’installation dans le nouveau bâtiment, ce sont plus de 1’500 personnes qui travaillent sur le site.

Une construction en bois porteuse et une façade en verre généreuse

Le bâtiment construit par Shigeru Ban correspond, de par son volume, à une construction en carré de hauteur courante dans le quartier, et respecte avec son toit mansardé et son rez-de-chaussée surélevé les particularités architecturales du quartier Aussersihl. En même temps, il séduit par sa construction durable et les matériaux de construction utilisés. L’édifice se distingue par une structure porteuse en bois, qui a nécessité 2’000 mètres cubes d’épicéa. La construction porteuse, dépourvue de tout renforcement en acier, a été montée sur place à partir d’éléments préfabriqués et fraisés au millimètre près. Une vaste façade vitrée procure une sensation claire et agréable d’espace.

Une contribution durable à l’architecture

Tamedia recherchait un bâtiment de durabilité maximale. Du côté de la Sihl, une façade double sert de climatiseur, ainsi que de système de ventilation naturel et offre de la place pour des salles de réunion et de rencontres, qui s’ouvrent vers la rivière. L’utilisation du bois comme matériau renouvelable a permis de limiter les émissions de CO2 dès la phase de construction. De plus, l’exploitation du bâtiment se fait sans CO2 ni électricité d’origine nucléaire. Tournées vers l’avenir, les installations de chauffage et de climatisation utilisant les eaux souterraines permettent de renoncer aux combustibles fossiles.

Faits et chiffres à propos d’un bâtiment hors pair

  • Etages: 7 (y compris galerie et mezzanine)
  • Postes de travail: 480
  • Surface du nouveau bâtiment: 8’905 m2
  • Cubage du nouveau bâtiment: 39’085 m3
  • Surface de la surélévation Stauffacherquai 8: 1’350 m2
  • Cubage de la surélévation Stauffacherquai 8: 6’890 m3
  • Bois utilisé pour la construction: 2’000 m3 d’épicéa (Styrie, Autriche)
  • Architecte: Shigeru Ban Architects Europe, Paris
  • Planificateur général: Itten+Brechbühl AG, Zurich
  • Entrepreneur général: HRS Real Estate AG, Frauenfeld
  • Construction en bois: Blumer-Lehmann AG, Gossau
Et et

Shigeru Ban: des visions et des constructions surprenantes

Les bâtiments de Shigeru Ban sont marqués par les principes de simplicité de l’architecture japonaise traditionnelle. Ban coordonne parfaitement les formes et les méthodes de construction orientales et occidentales: il reprend des éléments de l’architecture japonaise classique et les réinterprète avec des influences occidentales. Ses œuvres sont si exceptionnelles que Shigeru Ban, qui travaille aujourd’hui comme professeur d’architecture à l’université Keio, ainsi que comme professeur invité dans diverses universités internationales, a obtenu en 2005 la médaille Thomas Jefferson en architecture. La revue «Time» le considère comme l’un des grands innovateurs du 21ème siècle dans le domaine de l’architecture et du design.

Une utilisation visionnaire des matériaux recyclables

Né en 1957 à Tokyo, Shigeru Ban a ouvert, après des études d’architecture à Los Angeles et à New York, un bureau d’architectes à Tokyo. Ses constructions en tubes de carton ont suscité un grand intérêt. Il a découvert dès 1986 les avantages de ce matériau résistant, recyclable et facile à travailler. Pour l’Exposition universelle Expo 2000 à Hanovre, Shigeru Ban a érigé à base de tubes de carton le pavillon japonais d’une longueur de 75 mètres et d’une hauteur de 15 mètres. Tous les matériaux utilisés pour cette construction ont été recyclés après l’exposition. Ce visionnaire a développé une véritable architecture d’urgence qui apporte une réponse à l’explosion démographique et aux catastrophes naturelles: les fondations des maisons à moindres frais sont des caisses de bière remplies de sable, et les murs sont composés de tubes de carton revêtus d’un film. Il est possible de monter une telle maison, qui est nettement plus solide qu’une tente, en moins de sept heures.

Son premier projet en Suisse

Les concepts de Shigeru Ban sont considérés comme précurseurs dans l’architecture contemporaine. La conception de ses idées pour des utilisations traditionnelles se reflète dans un vaste éventail de projets réalisés à travers le monde, des maisons individuelles à des complexes résidentiels ou à des musées tels que le Centre Pompidou à Metz, en passant par des églises. A travers ses constructions, ce ne sont pas seulement des façades scintillantes qui sont mises en avant, mais aussi le caractère d’une maison. La transparence des structures porteuses est devenue l’image de marque de Shigeru Ban: en effet, il rend la construction et la statique littéralement saisissable et compréhensible. Le nouveau bâtiment de Tamedia sur le Werdareal à Zurich est le premier projet réalisé par Shigeru Ban en Suisse.
 
 

 

Un pôle audiovisuel majeur depuis plus de 100 ans

  • L’acquisition du premier bâtiment de Tamedia (à l’époque encore sous la désignation «Tages-Anzeiger für Stadt und Kanton Zürich AG») sur le Werdareal s’est fait en 1902. A l’époque, le Stauffacherquai s’appelait encore Sägegässchen.
  • En 1931, la société rajoute un premier bâtiment sur le Stauffacherquai.
  • En 1961, c’est un bâtiment neuf de quatre étages de l’architecte Werner Stücheli, situé dans la Werdstrasse 21, qui est acquis. Jusqu’en 1984, il a abrité au rez-de-chaussée, deux presses rotatives qui ont permis d’assurer le tirage sans cesse en développement du Tages-Anzeiger.
  • En 2001, a lieu l’inauguration du Medienhaus Werd sur la Ernst-Nobs-Platz. Conçu par l’Atelier WW, le bâtiment en verre séduit par sa grande transparence, ses étages ouverts et sa technologie durable.
  • Le bâtiment administratif du groupe de presse Tamedia am Stauffacher à Zurich a été inauguré en 2013. Tamedia a donc décidé de concentrer la majorité des médias zurichois sur le Werdareal, ce qui constitue un engagement clair en faveur du site de Zurich et un signe d’attachement plus que centenaire de l’entreprise au quartier Aussersihl.