Sondage Tamedia sur les votations: une course au coude à coude pour la naturalisation et la réforme fiscale

En février prochain, la population suisse va se prononcer sur trois projets de loi. Le sondage mené par Tamedia auprès de 9’730 participants montre que les partisans du projet de loi visant à faciliter la naturalisation des étrangers et de la réforme de l’imposition des sociétés III pourraient remporter la course d’une courte tête, mais que celle-ci reste encore ouverte. Le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) semble, quant à lui, accepté.

Zurich, le 20 janvier 2017 – 9’730 personnes issues de toute la Suisse ont participé, les 16 et 17 janvier 2017, à la deuxième vague du sondage en ligne organisé par Tamedia sur les prochaines votations fédérales qui auront lieu le 12 février 2017. Et le suspense reste entier: comme lors du premier sondage des 2 et 3 janvier, les partisans du projet de loi visant à faciliter la naturalisation des étrangers devancent les opposants d’un rien. 51% des personnes interrogées se disent certaines ou presque certaines de voter « Oui », 47% « Non ». Le pourcentage des partisans a donc augmenté d’un point, tandis que celui des opposants a diminué d’autant. Mais 2% des personnes interrogées restent encore indécises.

 

Mais s’il est vrai que l’électorat UDC est le seul à rejeter le projet de loi visant à faciliter l’obtention d’un passeport suisse aux étrangers de la troisième génération, il le rejette en masse: pas moins de 88% prévoient de glisser un « Non » dans l’urne. La base des autres partis se prononce majoritairement en faveur de la révision constitutionnelle. Le projet de simplification de la naturalisation des étrangers trouve actuellement une majorité en Suisse romande et en Suisse alémanique, tandis que le Tessin s’y oppose. 

 

Réforme de l’imposition des sociétés: rien n’est joué

La situation s’avère encore plus serrée pour la Réforme de l’imposition des sociétés III. 45% des votants se prononcent actuellement pour le « Oui » – à parfaite égalité avec les opposants. 10% s’avouent encore indécis, et le pourcentage des sondés qui se prononcent « plutôt pour » et « plutôt contre » est très élevé.

 

Une partie des électeurs UDC a déjà changé de camp: s’ils se montraient encore sceptiques vis-à-vis de la réforme lors de la première vague de sondage, une majorité relative d’entre eux a aujourd’hui l’intention de voter pour (48% de « Oui » et 42% de « Non »). La majorité de l’électorat du PLR et du PDC se prononce également en faveur de la réforme (respectivement 68% et 50% de « Oui »). Bien que le PBD et les Vert’libéraux soutiennent officiellement la réforme, leurs sympathisants se montrent majoritairement critiques à son égard. Comme lors du premier sondage, les partisans de Suisse alémanique sont, avec 39% de « Oui », beaucoup plus clairsemés que dans les autres régions (Suisse romande: 51% de « Oui », Tessin: 53% de « Oui »). 

La création d’un fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) a toujours le vent en poupe

Le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération FORTA semble toujours intouchable: avec 52%, le camp des partisans l’emporte largement sur les opposants, qui totalisent seulement 32% des intentions de vote. Le projet est essentiellement rejeté par les électeurs du PS et du parti Les Verts, qui arguent qu’il est préjudiciable de développer sans cesse le réseau routier. Une partie de la base de l’UDC conteste également la création d’un fonds – mais pour une autre raison: leur camp s’oppose à une augmentation du prix de l’essence. Alors que chez les partisans domine l’opinion que le fonds est nécessaire pour assurer la performance du réseau routier et éviter les goulots d’étranglements. 

Sondages électoraux détaillés Tamedia

Les sondages électoraux de Tamedia sont menés en collaboration avec les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen. Ceux-ci pondèrent les résultats des sondages en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques, de manière à ce que l’échantillon corresponde à la structure de l’électorat. La marge d’erreur est de +/- 1,4%. Les résultats font l’objet d’une évaluation immédiate, afin que les quotidiens et les plateformes de news de Tamedia puissent rapidement en rendre compte en s’étayant sur des bases précises. Des informations détaillées sont à retrouver sur tamedia.ch/sondage.

 

La troisième vague de sondage aura lieu les 26 et 27 janvier 2017.

Médias Tamedia participants

Suisse romande: 20 minutes, 24 heures, la Tribune de Genève et Le Matin/ Le Matin Dimanche

Suisse alémanique: 20 Minuten, BZ Berner Zeitung, Der Bund, Tages-Anzeiger, SonntagsZeitung et les quotidiens régionaux zurichois ZRZ Zürcher Regionalzeitungen

Tessin: 20 minuti 

Contact

Christoph Zimmer, Responsable de la Communication d‘entreprise Tamedia

+41 44 248 41 35, christoph.zimmer@tamedia.ch

A propos de Tamedia

Tamedia est le plus grand groupe de médias privé de Suisse. Les plateformes digitales, les quotidiens, les hebdomadaires et les magazines de Tamedia offrent une vue d’ensemble rationnelle et sélective de l’actualité. Fondée en 1893, l’entreprise emploie environ 3’400 collaboratrices et collaborateurs en Suisse, au Danemark, au Luxembourg, en Allemagne et en Autriche. Tamedia est cotée à la Bourse suisse depuis 2000.

www.tamedia.ch