Sondage Tamedia sur les votations: la naturalisation et la réforme fiscale divisent la population

En février prochain, les électeurs suisses vont se prononcer sur trois projets de loi. Le sondage d’opinion mené par Tamedia auprès de 14 000 participants montre que la réforme de l’imposition des sociétés III serait actuellement rejetée – mais de justesse. En ce qui concerne le projet de loi visant à faciliter la naturalisation des étrangers de la troisième génération, rien n’est encore joué, tandis que la création d’un fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) semble en bonne voie. 

Zurich, le 6 janvier 2017 – Le groupe de presse Suisse Tamedia a de nouveau réalisé un sondage d’opinion sur ses portails d’actualités, tous titres confondus. Les 2 et 3 janvier, 13 997 personnes issues de toute la Suisse ont participé à la première vague de sondage en ligne sur les projets de loi fédéraux du 12 février prochain. La marge d’erreur est de 1,2%. 

Réforme de l’imposition des sociétés: les opposants l’emportent actuellement d’un cheveu
Si le peuple avait été appelé aux urnes aux premiers jours de la nouvelle année, la Suisse aurait vécu un suspense quasi hitchcockien: tant pour le projet de loi visant à faciliter la naturalisation de la troisième génération que pour la réforme de l’imposition des sociétés III, opposants et partisans sont pratiquement à égalité. 

En ce qui concerne la réforme de l’imposition des sociétés, les opposants l’emportent d’une courte tête: 43% des personnes interrogées se montrent sceptiques vis-à-vis de la réforme, alors que 40% sont certaines ou presque certaines de voter pour le «Oui». Toutefois, avec 17%, le pourcentage des indécis est élevé. La majorité des électeurs PLR et PDC entendent voter clairement en faveur de la réforme. L’électorat UDC est, quant à lui, divisé: 41% sont pour, 41% contre. Chez les sympathisants du PBD et des Vert’libéraux, les pour et les contre s’équilibrent  à peu près, bien que les deux partis soutiennent officiellement la réforme. Quant aux électeurs des partis PS et Les Verts, 25% d’entre eux affirment leur intention de voter en faveur de la réforme.

Avec 37% de «Oui» et 45% de «Non», les électeurs de Suisse alémanique se montrent plutôt critiques à l’égard de la réforme, tandis que la majorité relative l’emporte en Suisse romande avec 49% de «Oui» et 35% de «Non», tout comme au Tessin avec 47% de «Oui» et 34% de «Non». 

Match nul quant au projet de loi facilitant la naturalisation de la troisième génération de ressortissants étrangers
Sur la question concernant la simplification de la naturalisation de la troisième génération de ressortissants étrangers, partisans et opposants se retrouvent dos à dos. 50% se prononcent pour le «Oui», 48% pour le «Non» – l’écart se situant dans la fourchette de l’incertitude statistique. Autant l’électorat de l’UDC rejette ouvertement la révision constitutionnelle (86% de «Non»), autant les sympathisants du PS, des Verts et des vert’libéraux l’acceptent (respectivement 85, 86 et 74% de «Oui»). Au sein de la base du PLR et du PBD (respectivement 53 et 52% de «Oui»), la majorité se prononce en faveur d’une naturalisation simplifiée, tandis que l’électorat du PDC est divisé.

Sur ce point aussi se dessine le Röstigraben: alors qu’en Suisse romande la majorité l’emporte haut la main (58% de «Oui»), les partisans de Suisse alémanique et du Tessin sont légèrement minoritaires (respectivement 48 et 46% de «Oui»). Pour les partisans, il est évident que la troisième génération d’étrangers a droit à la nationalité Suisse. Les opposants, quant à eux, avancent l’argument que les étrangers de la troisième génération ayant déjà, à l’heure actuelle, la possibilité d’obtenir leur naturalisation, doivent faire l’effort de la mériter. 

De bonnes chances pour la création d’un fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération
Le projet de la ministre des transports Doris Leuthard concernant la création d’un fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) s’annonce sous de bons auspices: une majorité relative de 44% se prononce en sa faveur, contre 33% de «Non». Elle devra cependant convaincre encore 23% des électeurs qui se disent indécis. 

Sondages électoraux détaillés Tamedia
Les sondages électoraux de Tamedia sont menés en collaboration avec les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen. Ceux-ci pondèrent les résultats des sondages en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques, de manière à ce que l’échantillon corresponde à la structure de l’électorat. Les résultats font l’objet d’une évaluation immédiate, afin que les quotidiens et les plateformes de news de Tamedia puissent rapidement en rendre compte en s’étayant sur des bases précises. Des informations détaillées sont à retrouver sur tamedia.ch/sondage

La deuxième vague de sondages aura lieu les 16 et 17 janvier 2017.

Médias Tamedia participants 
Suisse romande: 20 minutes, 24 heures, la Tribune de Genève et Le Matin/Le Matin Dimanche 
Suisse alémanique: 20 Minuten, BZ Berner Zeitung, Der Bund, Tages-Anzeiger, SonntagsZeitung et les quotidiens régionaux zurichois ZRZ Zürcher Regionalzeitungen 
essin: 20 minuti 

Contact
Christoph Zimmer, responsable de la Communication d’entreprise Tamedia
+41 44 248 41 35, christoph.zimmer@tamedia.ch

A propos de Tamedia 
Tamedia est le plus grand groupe de médias privé de Suisse. Les plateformes digitales, les quotidiens, les hebdomadaires et les magazines de Tamedia offrent une vue d’ensemble rationnelle et sélective de l’actualité. Fondée en 1893, l’entreprise emploie environ 3’400 collaboratrices et collaborateurs en Suisse, au Danemark, au Luxembourg et en Allemagne. Tamedia est cotée à la Bourse suisse depuis 2000. 

www.tamedia.ch