Sondage post-électoral Tamedia sur l’initiative «Sortir du nucléaire»: les votants du centre ont changé d’avis in extremis

Le groupe de médias suisse Tamedia a conduit un sondage sur la votation fédérale du 27 novembre 2016 sur ses plateformes de news, toutes marques confondues. Avec le résultat suivant: l’initiative «Sortir du nucléaire» des Verts n’a été approuvée à la majorité que dans quelques rares segments de la population. Néanmoins, la plupart des citoyennes et citoyens considèrent improbables les coupures de courant si l’initiative avait été approuvée. 

Zurich, le 29 novembre 2016 – Contre toute attente, dimanche dernier, la population suisse ayant droit de vote a clairement rejeté, à 54,2%, l’initiative «Pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire» (Sortir du nucléaire). Le oui était nettement plus massif lors du sondage réalisé par Tamedia avant la votation. Le sondage post-électoral du groupe de médias révèle à présent les raisons du non: seuls les votants des Verts, du PS et du PVL ont voté majoritairement pour l’initiative. Quant aux votants du centre, ils ont changé d’avis avec le temps: s’ils étaient majoritairement pour l’initiative lors des premiers sondages, au final seuls trois sympathisants sur dix du PBD et à peine quatre votants sur dix du PDC ont déposé un oui dans l’urne.

Chez les femmes, le soutien à l’initiative a été légèrement plus marqué que chez les hommes – sans pour autant recueillir la majorité ni chez les unes ni chez les autres (hommes: 43%, femmes: 49% de oui). Le comportement de vote est différent selon le niveau de formation: les diplômé(e)s universitaires et des hautes écoles spécialisées auraient adopté l’initiative populaire à 55%, tandis que les jeunes apprenti(e)s et diplômés de l’école obligatoire l’aurait approuvée à 44, respectivement 42% seulement. Le fossé ville-campagne se manifeste aussi clairement: sur les citoyens ayant droit de vote, 56% des citadins ont approuvé l’initiative, 44% dans les agglomérations et 41% en zone rurale.

Stratégie énergétique 2050: la construction de nouvelles centrales nucléaires, majoritairement exclue

Du côté des détracteurs, la ministre de l’Énergie, Doris Leuthard, et l’UDC, ont su convaincre, comme l'indique le sondage de Tamedia. Chef de file de la campagne pour le non, le PDC, parti de Doris Leuthard, n’a pourtant guère été cité parmi les acteurs essentiels. Dans le camp du non, l’argument le plus percutant a été la crainte des importations d’électricité produite dans des centrales au charbon et nucléaires polluantes. En revanche, l’affirmation selon laquelle l’approvisionnement énergétique serait mis en péril en cas de oui à l’initiative, a perdu de sa force au terme de la campagne.

 

En ce qui concerne la stratégie énergétique 2050, contre laquelle l'UDC a demandé un référendum, de nombreux citoyens ayant droit de vote (35%) restent indécis, indique le sondage. Actuellement, 43% d’entre eux soutiennent plutôt ou entièrement la stratégie énergétique, et 22% tendent à soutenir le référendum de l’UDC. Six personnes interrogées sur dix excluent la construction de nouvelles centrales nucléaires en Suisse. Pour un tiers d’entre elles, leur construction serait envisageable s’il y avait une nouvelle technologie mûre sur le marché, présentant moins de risques. 13% sont pour la construction de nouvelles centrales nucléaires.

 

12'329 personnes ont participé au sondage post-électoral Tamedia organisé du 25 au 27 novembre 2016. L’erreur d’échantillonnage est de ± 2,2%. Les sondages électoraux de Tamedia sont menés en collaboration avec les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen. Ceux-ci pondèrent les résultats des sondages en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques, de manière à ce que l’échantillon corresponde à la structure de l’électorat. Les résultats font l’objet d’une évaluation immédiate, afin que les quotidiens et les plateformes de news de Tamedia puissent rapidement en rendre compte en s’étayant sur des bases précises.

 

Des informations détaillées sont à retrouver sur tamedia.ch/sondage 

 

Médias Tamedia participants

Suisse romande: 20 minutes, 24 heures, la Tribune de Genève et Le Matin/Le Matin Dimanche

Suisse alémanique: 20 Minuten, BZ Berner Zeitung, Der Bund, Tages-Anzeiger, SonntagsZeitung et les quotidiens régionaux zurichois ZRZ Zürcher Regionalzeitungen

Tessin: 20 minuti 

Contact

Christoph Zimmer, responsable de la Communication d’entreprise Tamedia

+41 44 248 41 35, christoph.zimmer@tamedia.ch 

A propos de Tamedia

Tamedia est le plus grand groupe de médias privé de Suisse. Les plateformes digitales, les quotidiens, les hebdomadaires et les magazines de Tamedia offrent une vue d’ensemble rationnelle et sélective de l’actualité. Fondée en 1893, l’entreprise emploie environ 3’400 collaboratrices et collaborateurs en Suisse, au Danemark, au Luxembourg et en Allemagne. Tamedia est cotée à la Bourse suisse depuis 2000.

www.tamedia.ch