Réduction de moitié du nombre de licenciements à 24 heures et à la Tribune de Genève grâce à un dialogue social solide

Lausanne, le 15 novembre 2016 – Fin septembre, Tamedia avait annoncé des mesures de licenciement au sein des rédactions de 24 heures et de la Tribune de Genève afin de faire face à l’accélération de la baisse des revenus depuis le début de l’année. Le 21 octobre dernier, la Direction générale de Tamedia, les représentants de la Coordination des rédactions et impressum, avaient conclu un accord portant sur des mesures alternatives aux licenciements et des mesures d'accompagnement aux personnes touchées. Le nombre de postes supprimés avait déjà pu être réduit à 20 personnes au maximum et un guichet volontaire avait été ouvert afin de permettre aux personnes qui souhaitent partir volontairement ou réduire leur taux d'activité de s’annoncer.

 

Au terme de cette procédure, et grâce à l’engagement et la flexibilité de tous les partenaires, le nombre de licenciements a finalement pu être réduit à 12 au sein des rédactions de 24 heures et de la Tribune de Genève. Le fonds d’accompagnement négocié permettra d’aider les personnes licenciées et celles qui ont décidé de quitter volontairement l’entreprise dans le cadre d’une reconversion professionnelle ou d’un projet personnel.

 

impressum – Les journalistes suisses déplore qu’il n’ait pas été possible d’éviter tout licenciement. Dominique Diserens, secrétaire centrale, explique: «impressum salue l’engagement des journalistes de la coordination des rédactions au côté de qui elle a négocié avec la direction de Tamedia, ce qui a permis de limiter la casse. impressum salue aussi la solidarité des collègues qui a rendu possible grâce à des départs volontaires et à des réductions volontaires du temps de travail d’éviter à huit personnes d’être licenciées». Urs Thalmann, directeur d’impressum ajoute : «Toute diminution du nombre de personnes licenciées représente bien sûr un soulagement. Mais nous rappelons tout de même que les départs volontaires ont évité quelques licenciements, mais pas une douloureuse perte de postes de travail et d’effectifs dans les rédactions de 24 heures et de la Tribune de Genève».

 

Serge Reymond, Directeur général Tamedia Publications romandes : «C’est dans ces situations critiques que l’on mesure l’importance d’un dialogue solide et d’une collaboration pragmatique entre partenaires sociaux. C’est aussi grâce à cela que nous avons pu réduire fortement le nombre de licenciements».